search instagram arrow-down

Si vous ne me suivez pas sur Twitter, où je suis le plus actif, mais que vous voulez être prévenu.e par mail à chaque article. ;)

Rejoignez 56 autres abonnés

Mes réseaux

Explor’o’pod

Archives

Point Zéro, Antoine Tracqui

Scandroid & William Willette – Phoenix (Extrait de l’album The Darkness)

Quand il s’agit de quantifier notre appréciation d’un roman, chacun à ses curseurs propres, qui selon leurs divers placements, en référence à des points précis, nous ferons l’aimer ou non pour des raisons qui n’appartiennent qu’à nous. On peut, malgré soi, plutôt rechercher un travail référentiel, un style, une certaine efficacité, une profondeur du travail de recherche, que sais-je. En lisant Point Zéro, je me suis rendu compte que l’un de mes critères majeurs se trouve dans le niveau d’ambition que peut déployer un auteur, mais surtout à quel point ce dernier se donne les moyens de respecter cette ambition.

Je ne me suis pas intéressé au pitch de ce roman, je me suis contenté de le lire sur les conseils convergents de plusieurs connaissances de confiance qui m’en avaient dit le plus grand bien. Moins j’ai d’idées préconçues sur un ouvrage auquel je m’attaque, mieux je me porte, et moins j’ai d’infos sur son intrigue, moins je risque le spoil. Pas que cela me gêne particulièrement en soi, mais étant partisan de l’idée qu’un voyage vaut plus pour son trajet que pour sa destination, faire une partie dudit trajet en sachant où je vais peut parfois s’avérer frustrant ; sans compter la sale manie d’un peu trop d’éditeurs de vous raconter la moitié du livre sur le quatrième de couverture. Mais passons.

L’histoire contée ici est somme toute classique dans le domaine du thriller/polar technologique. Un groupe de spécialistes de différents domaines sont recrutés par un riche magnat mystérieux pour leurs capacités hors du commun afin de partir en expédition, à la recherche d’un non moins mystérieux MacGuffin (un mot très pratique pour désigner le moteur d’une intrigue sans avoir à trop en dire). Et bien entendu, les obstacles sur leur chemin seront aussi nombreux que mortellement dangereux.
Et alors que je vous fais cette description qui pourrait sembler plate voire pire, blasée, on pourrait croire que cette chronique ne sera pas très élogieuse. Que nenni.
Nous en revenons soudainement à la question de l’ambition que j’évoquais en introduction. Antoine Tracqui, pour un premier roman, a décidé que de l’ambition, il en avait à revendre, et qu’il allait s’en donner les moyens.

En effet, ce qui démarre comme un polar d’espionnage/action aux implications qui pourraient sembler déjà vues se mue très vite en une fresque historique et géo-politique d’ampleur, jouant sur de nombreux tableaux, s’amusant à revisiter les trous d’air de notre Histoire moderne en les comblant de façon magistrale, le tout en s’appuyant systématiquement sur des faits avérés et des informations vérifiables et vérifiées. Le travail de recherche fourni est titanesque, prenant notamment appui sur une documentation technique extrêmement précise, mais toujours présentée avec la bonne dose de détails pour nous donner tous les tenants et aboutissants des scènes relatées sans pour autant nous perdre. Et bien qu’une bonne partie des technologies et équipements impliquées nous amènent plus volontiers du côté de la SF que du pur polar, ce bagage technique et l’ancrage profondément réaliste du récit lui confèrent un réalisme et une cohérence d’une solidité remarquable.

Il est à noter également que malgré son volume conséquent ( plus de 1100 pages pour la version Pocket ), le rythme est excellent, le récit se construisant sur de multiples points de vue, de tous les côtés du conflit qui se développe le long de ses pages, surtout lors des excellentes scènes d’actions. L’auteur se permet donc ainsi de jouer sur une certaine ironie dramatique, jouant avec nos perceptions de lecteur ou celles des personnages pour nous induire en erreur ou nous donner quelques indices sur les bonnes pistes à suivre. On peut donc se complaire dans la recherche et essayer de comprendre quelques énigmes avant que la solution ne nous soit présentée, ou inversement, rencontrer quelques surprises le long du chemin. L’essentiel, et le plus plaisant, sans le moindre doute, c’est que tout fait sens. Une fois la dernière page tournée, rien ne manque, et rien n’est superflu, ce qui constitue à mon goût l’élément le plus impressionnant de toute cette vaste entreprise.
Tous les personnages sont creusés, même à minima (y compris certains personnages tertiaires), nous donnant l’occasion de nous y attacher, de mieux les comprendre ou simplement d’avoir une occasion de sourire à une pensée ou une réplique bien sentie. Mais surtout, cela donne un souffle très humain à toutes les péripéties qui nous sont racontées, à la fois dans une mesure purement narrative, donnant du sens à toutes les décisions prises, les rationalisant pour mieux nous y plonger, mais aussi dans une mesure plus organique, pour le plaisir de voir certaines relations et psychologies évoluer, dans un sens comme un autre, tant qu’elles font sens. Bien que la plupart des personnages aient à mon goût parfois eu l’air de remplir des fonctions au sein des rouages d’un mécanisme narratif un peu trop lisse, j’ai quand même trouvé un vrai plaisir à les suivre dans la mesure où, pour autant, aucun d’eux et elles n’étaient unidimensionnel.le.s, louvoyant entre l’ombre et la lumière avec, pour les plus importants d’entre eux et elles, une véritable profondeur que j’avais envie d’explorer.

Point Zéro est un roman d’une ambition et d’une ampleur gargantuesques mais ô combien gratifiantes. Ne vous laissez surtout pas intimider par son volume ou son sujet, lancez vous dedans, ayez confiance en Antoine Tracqui et tout se passera très bien. Une fois le voyage terminé, on se demande juste quand on aura le droit à un autre tour de manège.
Mausolée vous dites ? Soit.

Au plaisir de vous recroiser,
En attendant, que votre avenir soit rempli d’étoiles. 😉

3 comments on “Point Zéro, Antoine Tracqui

Votre commentaire
Your email address will not be published. Required fields are marked *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :