search instagram arrow-down

Si vous ne me suivez pas sur Twitter, où je suis le plus actif, mais que vous voulez être prévenu.e par mail à chaque article. ;)

Rejoignez 70 autres abonnés

Mes réseaux

Archives

Testament T2 – Alouettes, Jeanne-A Debats

From Hell With Love – Beast In Black (extrait de l’album éponyme)

Après l’épreuve La Vie Éternelle, roman, je me suis dit que j’avais besoin d’une valeur sûre, ou du moins d’un ouvrage dans lequel je savais pouvoir placer ma confiance en avance sans trop prendre de risque. Après ma lecture enthousiaste de L’Héritière, premier tome de la saga Testament, j’avais toutes les raisons de penser que j’étais entre de bonnes mains, et pile dans ma zone de confort ; du divertissement enjoué sachant laisser passer ça et là quelques pensées moins légères.
Alors on va faire court, autant par évidence que par manque d’imagination de ma part : mon instinct ne m’a pas trompé, c’était encore une fois excellent.

Deux ans après les événements de L’Héritière, Agnès peine encore à se réadapter, encore très marquée par ce qui lui est arrivé, malgré bon nombre d’ajustements censés lui faciliter la vie. Les choses se compliquent encore quand un « jeune » (c’est une question de relativité propre à l’AlterMonde) couple formé d’un vampire et d’une kitsune passe la porte de l’office notarial de l’oncle Géraud pour se faire marier, style Roméo & Juliette. Mais ce n’est encore rien comparé au fait que lesdits Roméo & Juliette ne sont pas les seuls dans leur genre, au contraire. On peut parler d’une véritable épidémie qui s’abat sur l’AlterMonde, amenant chaos et destruction dans son sillage.

Et là, je suis un peu embêté. Parce qu’en substance, je n’ai pas grand chose de bien nouveau à dire que je n’ai déjà dit dans ma chronique précédente à propos du premier tome de cette saga. Que ce soit le rythme, l’humour, la capacité d’invention, le recyclage habile de tropes classiques au profit d’une narration plus moderne ou le souffle des personnages – en particulier d’Agnès – tout y est, avec une fidélité gratifiante. On est dans le cas parfait d’une suite qui sait parfaitement ce qui a marché auparavant et qui réutilise avec habileté tous les ingrédients de ce succès pour réitérer l’exploit à l’identique.

Sauf que pas vraiment à l’identique, quand même, ce qui aurait pu être une faute causant la perte dramatique de l’effet de surprise. Et c’est sans doute pourquoi c’est une aussi bonne suite ; parce que Jeanne-A Debats ne s’est aucunement reposée sur ses lauriers, allant fouiller un peu plus profondément dans son univers et son casting pour commencer à nous en livrer quelques secrets, en s’appuyant notamment sur ceux de certains de ses personnages les plus mystérieux. Le plaisir est alors décalé de la pure découverte à celle de l’exploration et des conjectures. Alors, certes, on a toujours pas toutes les clés, et on est obligé de faire confiance à la guide – on aime ou on n’aime pas – mais la fluidité de la narration et le sens de la punchline ou du clin d’œil de ladite guide font ce qu’il faut pour qu’on ait toujours envie de dévorer page après page pour comprendre de quoi il est exactement question en compagnie de ces personnages diablement attachants. Et non seulement c’est un pur plaisir de lecture en soi, mais dans le cadre d’une trilogie qu’on devine plus profonde que ce qu’elle nous offre maintenant, avoir à la fois de l’indépendance et du liant entre les aventures, ça donne envie d’en savoir toujours plus, et ça laisse même à anticiper le plaisir d’une future relecture.

En bref, un nouveau succès sans ambages. C’est toujours aussi malin, punchy, fun, et ça se permet quelques petites fulgurances dans l’air du temps qui font beaucoup de bien par où elles passent, à l’instar de l’œuvre qui les contient. Et personnellement, ça me fait autant de bien à la lecture qu’au moment de l’écriture de la chronique, simplement parce que je n’ai pas à souffrir de la moindre prise de tête pour exprimer clairement mon avis, pour une fois. Alors, oui, du coup je fais court, mais c’est parce que ce n’est simplement pas plus compliqué ça, encore une fois ; cette saga défonce, et voilà.

Au plaisir de vous recroiser.
En attendant, que votre avenir soit rempli d’étoiles. 😉

Votre commentaire
Your email address will not be published. Required fields are marked *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :