search instagram arrow-down

Si vous ne me suivez pas sur Twitter, où je suis le plus actif, mais que vous voulez être prévenu.e par mail à chaque article. ;)

Rejoignez 56 autres abonnés

Mes réseaux

Explor’o’pod

Archives

Lasser, le Détective des Dieux T1 – Un Privé sur le Nil, Phillipe Ward & Sylvie Miller

Royal Crown RevueHey Pachuco! (Extrait de l’album Mugzy’s Move)

Avant de commencer, il faut que je vous raconte un petit, tout petit bout de ma vie. Juste histoire que vous compreniez pourquoi ce bouquin revêt une certaine importance à mes yeux, et pourquoi vous en faire sa chronique me fait extrêmement plaisir.
Il y a quelques années, je bossais en restauration rapide, parce que je n’avais rien d’autre, et un de mes seuls vrais plaisirs, c’était de participer, chaque mois, aux Mercredis de l’Imaginaire Rennais, au bar l’Heure du Jeu, en compagnie de Simon et Xavier, libraires chez Critic. J’ai eu là bas de magnifiques instants de découverte et de partage, de superbes discussions comme seul.e.s les passioné.e.s savent en avoir.
Et puis j’ai du partir de Rennes. Avant de partir, une dernière visite à Critic, évidemment, histoire de dire au revoir correctement ; et Xavier qui me lance au détour des adieux que je devrais songer à trouver une formation dans le domaine de la librairie. Et l’illumination, le remords de ne jamais y avoir pensé avant.
Un an plus tard, j’ai trouvé ladite formation, et je bosse en apprentissage dans ma librairie du moment. Et je vois arriver dans nos étagères le premier tome de l’intégrale de Lasser, le Détective des Dieux. On pourrait parler de coup de foudre. En premier lieu à cause de Xavier Collette, l’illustrateur de très grand talent qui s’est occupé de la couverture – j’ai déjà dit que l’engager, c’est de la triche – mais aussi parce que le format m’a séduit. J’ai un petit faible pour les intégrales en hardcover, et celle ci est un des plus beaux exemples que j’ai pu croiser.
Et finalement, j’avais déjà entendu parler du pitch, et moi qui suis très client des mélanges des genres, une uchronie de divertissement qui évoquerait, grosso modo, Nestor Burma chez les Dieux Egyptiens, je ne pouvais qu’être curieux. J’ai donc craqué.
J’ai demandé un SP.
C’était mon premier en tant que libraire.
Donc, quand je l’ai fait dédicacer quelques temps plus tard aux Imaginales par Sylvie Miller, autant dire que l’instant avait un petit goût de bonheur immortel.
Voilà, ça c’est pour le contexte, désolé, mais ça me paraissait important de vous le raconter, parce qu’à mes yeux, un livre, c’est aussi l’histoire qui peut l’entourer.

L’intrigue, se déroulant en 1935, se concentre sur Jean-Phillipe Lasser, détective privé de seconde zone, exilé de Gaule après quelques mésaventures, forcé de vivoter en Egypte, dans un monde où les dieux président à la destinée des humains à coup de querelles et de caprices, tout-puissants et incontestables. Ces dieux ayant été indirectement responsables du malheureux destin de Lasser, ce dernier ne les porte pas dans son cœur, loin de là.
Autant dire que lorsque Isis, une des déesses les plus puissantes et redoutées du panthéon égyptien, franchit les portes du Sheramon, l’hôtel dans lequel Lasser a installé ses quartiers, pour lui confier une mission, sa situation complexe est loin de se simplifier.

Et de cette prémisse, nous partons en voyage à travers cette Egypte uchronique en compagnie de Lasser et de ses acolytes hauts en couleur, au fil des différentes enquêtes qui lui seront confiées par les dieux. Ce premier tome faisant en grande partie office de fondation au reste de la série, il prend surtout le temps d’installer le décor et les personnages dont on sent qu’ils seront récurrents dans le reste de la série, ce que je trouve agréable et bienvenu ; trop souvent certains liens et amitiés peuvent sembler artificiels et faire office d’outils narratifs plus qu’autre chose. Je sais désormais pourquoi certains personnages pourront réapparaître, et surtout je saurais quel rapport ils entretiennent avec Lasser.
Les personnages sont, une fois encore, le point fort de la plupart des enquêtes qui nous sont narrées, avec des dialogues très organiques et des réactions à l’avenant. On prend le temps de comprendre ce qui se passe dans la tête de Lasser et de certains de ses compagnons, ce qui ajoute une généreuse touche de réalisme à l’ensemble, leurs réactions faisant sens et amenant une cohérence globale qui solidifie l’univers du livre.
Je saluerais en passant la construction sociale et politique de l’univers, dépendant entièrement des dieux, dont les actions les plus bénignes et les comportements inconséquents amènent Lasser à devoir enquêter sur des futilités sans nom, tout en risquant sa vie très bêtement. Le parallèle avec notre réalité serait aisé à faire, et je ne le ferais pas sans la bénédiction des auteurs, mais cette réflexion est présente tout le long de la lecture et ajoute au divertissement une profondeur bienvenue.
D’un autre côté, il faut bien reconnaître que les choses vont vite, parfois un peu trop, mais ceci étant inhérent au genre merveilleux auquel les dieux appartiennent, certaines libertés narratives dans les enquêtes semblent inévitables. C’est plutôt une réalité avec laquelle il faut apprendre à composer au fil de la lecture plutôt qu’un véritable bémol, d’autant que certains éléments pouvant tout de même faire tiquer bénéficient toujours d’une explication, à plus ou moins long terme, amenant même à sourire de s’être fait avoir ou d’avoir réussi à capter l’astuce en avance.

Un premier tome très sympathique donc, qui semble prendre le temps de construire son univers et ses mécaniques pour se permettre dans la suite de prendre plus de risques dans ses enquêtes, qui, il faut bien l’admettre, ne constituent pas son point le plus fort, sans faire défaut non plus, étant donné qu’il est quand même très difficile de faire original dans ce domaine précis. Sylvie Miller et Phillipe Ward compensent très largement avec un univers très bien construit et extrêmement divertissant, dont la profondeur n’aura sans doute aucun mal à agréablement me surprendre dans les prochains tomes, que je ne tarderais sans doute pas à dévorer dans les mois à venir. Affaire à suivre…

Au plaisir de vous recroiser,
En attendant, que votre avenir soit rempli d’étoiles.

4 comments on “Lasser, le Détective des Dieux T1 – Un Privé sur le Nil, Phillipe Ward & Sylvie Miller

  1. Anouchka dit :

    L’intégrale 1 me fait de l’œil. Ce ne sera pas pour tout de suite mais ta chronique me confirme dans mes attentes : quelque chose de sympa, relativement léger, à épisodes tout en étant bien fichu, plutôt intelligent et avec des personnages attachants.

    Aimé par 1 personne

Répondre à Anouchka Annuler la réponse.
Your email address will not be published. Required fields are marked *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :