search instagram arrow-down

Si vous ne me suivez pas sur Twitter, où je suis le plus actif, mais que vous voulez être prévenu.e par mail à chaque article. ;)

Rejoignez 75 autres abonnés

Mes réseaux

Archives

Les Fileurs de Temps, Thomas Fouchault

Again – Black Stone Cherry (extrait de l’album The Human Condition)

Depuis ma lecture des Contes Hybrides de Lionel Davoust, je me suis fait la promesse d’explorer plus avant les productions des Éditions 1115, agence de voyages littéraires, séduit par leur format et leur ligne éditoriale audacieuse. Alors certes, j’ai mis le temps, ce n’est pas que de ma faute ; il y a beaucoup trop de belles choses à lire partout. Toujours est-il que j’ai profité de mon passage aux Imaginales de cette année pour me constituer un petit stock de leurs parutions, me laissant très volontiers tenter par des formats originaux et la simple envie de découvrir un travail que je ne connais pas (encore) assez. Et pour ouvrir le bal, quoi de mieux qu’un ouvrage qui m’a été fort efficacement pitché par l’éditeur lui-même, et fort aimablement dédicacé par l’auteur lui-même, présent sur le stand.
En guise de transition post-introduction, je dirais que j’ai été aussi agréablement surpris que conforté dans certaines de mes certitudes.

La première certitude, c’est que j’aime définitivement beaucoup les histoires qui s’amusent des mythes établis et jouent avec la matière connue, juste assez pour faire preuve d’audace, mais pas trop non plus, pour éviter de se perdre en chemin ou faire preuve d’hubris. Et de fait, me retrouver dans un récit qui mêle si habilement une légende de la mythologie grecque et d’autres éléments à la fois familiers et exotiques dans ce contexte, on est pile dans ma zone de confort, une oscillation maline entre renouvellement et hommage, symboles et intrigue, thématiques globales et personnages singuliers.
L’une des surprises, ici, c’était la manipulation de la matière-livre, quelque chose dont je ne me lasse toujours pas depuis que je suis tombé amoureux de la collection de la Bibliothèque Dessinée chez les Moutons Electriques, que je suis absolument ravi de retrouver ici. Présentement, on est sur une autre manipulation plus ponctuelle, avec de superbes calligrammes poétiques qui marquent les chapitres, mais en alliance avec le petit format utilisé par les Éditions 1115, je trouve que ça marche du tonnerre. Parce qu’à force de tourner le livre dans tous les sens pour déchiffrer les textes formant les calligrammes, on se prend à faire plus attention à ce qu’il y a dedans, et ça donne envie d’être plus attentif par ailleurs. Et de fait, les révélations prennent d’autant plus de saveur quand on y parvient, parce qu’on se sent investi.

Ce qui m’amène à un tout menu reproche qui n’en est pas vraiment un, à savoir un travail référentiel qui m’est peut-être parfois passé à côté. Je pense avoir saisi l’essentiel, qui m’a beaucoup plu, avec un récit prenant en enjeux et en complexité au fil de sa progression, laissant deviner un univers complexe, prometteur et très appétissant ; mais je crains aussi ne pas avoir forcément tout compris non plus à certaines allusions et jeux de piste glissé·e·s dans les calligrammes ou au fil du récit. C’est sans doute le lot d’une novella comme celle-là ; aussi bien calibrée soit-elle, sa qualité fait qu’on a tellement envie de plus qu’on se demande si on n’a pas raté quelque chose. Il faut bien admettre qu’à titre personnel, j’en aurais sans doute pris quelques dizaines de pages supplémentaires histoire de bien ressentir un récit absolument complet et contenu en lui-même sans trop de frustration ou impression d’incompréhension, même partielle.

Demeure que le bilan final est largement positif, ce qui confirme pour le moment que les Éditions 1115 ne font effectivement pas dans la publicité mensongère ; j’ai bien voyagé, encore une fois, en bonne compagnie. Ces Fileurs de Temps constituent un texte original et assez captivant, promettant en tout cas de belles choses pour des lectures futures par le même auteur ou dans la même maison.
Nul doute que je reprendrai un billet bientôt, et que je vous tiendrai au courant avec, je l’espère, un plaisir renouvelé.

Au plaisir de vous recroiser.
En attendant, que votre avenir soit rempli d’étoiles. 😉

3 comments on “Les Fileurs de Temps, Thomas Fouchault

  1. Jean-Yves dit :

    Ça fait envie ! J’avais beaucoup aimé Sur Mars.
    Du coup, tu me rappelles qu’il faut aussi que je creuse chez eux.

    Aimé par 1 personne

  2. Lullaby dit :

    Je suis heureuse que Les fileurs de temps t’ait plu, car pour ma part, malheureusement, la rencontre ne s’est pas faite. Pourtant, je l’ai trouvée très bien écrit, l’univers original, avec une reprise décalée de la mythologie, mais il m’a manqué de l’émotion. Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages et si j’ai apprécié le voyage littéraire, je suis restée indifférente à son déroulé, comme si je regardais un magnifique paysage par une vitre, alors que j’aurais préféré m’y promener.
    J’ai d’autres livres du même éditeur qui m’attendent, je ne m’avoue donc pas vaincue !

    Aimé par 1 personne

  3. Yuyine dit :

    Intéressant! Je suis assez curieuse de voyager avec ce titre moi aussi. Même avec ses défauts.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire
Your email address will not be published. Required fields are marked *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :