search instagram arrow-down

Si vous ne me suivez pas sur Twitter, où je suis le plus actif, mais que vous voulez être prévenu.e par mail à chaque article. ;)

Rejoignez 73 autres abonnés

Mes réseaux

Archives

Ciel sans Étoiles T3 – Négation, Yoann Dubos

The Devil Went Down To Georgia – Steve Ouimette (extrait de l’OST de Guitar Hero 3 : Legends of Rock)

Ambition avait été, selon ma propre expression, « une excellente surprise ». Compassion, sa suite, avait été une petite claque, il faut bien le dire. Et donc, fort logiquement, j’étais chaud comme la braise pour la sortie de Négation, son troisième volume ; avec en plus un joyeux supplément de confiance.
Je ne vais pas m’attarder ou me prendre la tête avec la moindre notion de suspense, c’était encore une fois excellent, et mon enthousiasme pour le travail de Yoann Dubos a été pleinement satisfait et renouvelé. Chronique enjouée à suivre, en toute logique, même si forcément, il va y avoir un certain déficit en terme de volume, histoire d’éviter de trop me répéter.
Dans le doute, retenez l’idée que la saga du Ciel sans Étoiles, c’est de la bonne.

Encore une fois, on reprend dans la pure continuité du tome précédent, avec une fluidité qui est à saluer, sans doute aidée par le résumé des épisodes précédents en introduction ; une initiative qui devrait clairement être normalisée dans toutes les sagas littéraires. Malgré le délai entre les différents volumes, on raccroche les wagons assez vite, entre ledit résumé et les rappels subtilement inclus dans les dialogues et la narration, et ce sans perdre en naturel ou en souffle. Les points forts de Yoann Dubos sont toujours les mêmes à mes yeux, à savoir ses personnages et leurs interactions, mention particulière aux dialogues de cet opus qui m’ont parus encore plus ciselés que les fois précédentes ; faisant vivre le récit avec un dynamisme constant et un souffle confondant. J’avais envie d’être copain avec notre bande d’héro·ïne·s, malgré la quantité phénoménale d’emmerdes dans lesquelles iels sont empêtré·e·s.

Ce qui nous amène à l’intrigue, qui, encore une fois, a su prendre un tournant tout à fait inattendu bien que totalement cohérent avec les tomes précédents, amenant encore son lot de réponses et de nouvelles questions à la cohorte d’émotions contradictoires que j’ai pu ressentir au fil de ma lecture. On profite tout à la fois d’une certaine intensité liée à l’aspect Young Adult du roman et d’une lucidité crue qui frappe plus justement qu’à son tour. Si j’aime beaucoup Yoann Dubos, c’est aussi parce que sous des couverts de pur divertissement, ses concepts cyberpunkfantasy et son intrigue sont quand même foutrement mordant·e·s ; pas mal de dialogues et de symboliques visent assez souvent en plein dans le mille avec juste ce qu’il faut de subtilité. Et donc, pour ce qu’on peut pouffer en compagnie de ses personnages gouailleurs et délicieusement humains ou retenir son souffle le temps d’une scène d’action, on hoche aussi ponctuellement la tête avec un air entendu devant certaines répliques ou idées fort pertinentes.

Par un paradoxe assez amusant, Négation n’est à mes yeux rien d’autre que la confirmation du talent de son auteur, qui clairement n’a rien laissé au hasard, s’amusant fort habilement à nous distiller toutes les informations sur son monde et le récit qui l’anime à un rythme parfaitement maitrisé, sachant jongler avec tous les aspects qui font pour moi un excellent roman de SF. Si certaines scènes ou idées peuvent dénoter dans la continuité d’un récit jusque là globalement assez peu graphique (notamment une certaine scène de flash-back sur laquelle mon jugement demeure encore réservé malgré son indéniable pertinence), et donc surprendre par leur maturité et la dureté de leurs enjeux, force est de constater que l’ensemble se tient encore formidablement bien, avec une énergie et une inventivité qui ne semblent pas pouvoir être enrayées, et c’est tant mieux.

Encore un succès, je ne saurais mieux le dire, même avec plus de mots et de redondances. C’était un bonheur trop court de retrouver Miranda Clay et les autres, de suivre leurs déboires comme leurs réussites, d’autant plus dans la perspective de les retrouver une nouvelle et dernière fois pour ce qui s’annonce d’ors et déjà comme un final d’anthologie. J’en veux plus, toujours plus.
Et fort logiquement, on se donne déjà rendez-vous pour ce quatrième tome qui, j’en suis certain, sera encore une fois une réussite.

Au plaisir de vous recroiser.
En attendant, que votre avenir soit rempli d’étoiles. 😉

Votre commentaire
Your email address will not be published. Required fields are marked *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :